Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 01:23

LICENCIEMENTS ABUSIFS

 

logocgtSNIM.jpgmine.jpg

LICENCIEMENT DE KARINE

 

La SNIM reconnaît que le licenciement économique de 2 salariées n’est pas fondé.

" http://www.snim.fr/ "             La SNIM réalise une production record

( La production de la SNIM a progressé de 8,5% au premier semestre 2014 par rapport à 2013 à la même période. La production totalisant 6,7 millions de tonnes de minerai de fer au 30 juin est sans doute une performance jamais réalisée auparavant.  La SNIM qui prévoit en 201..)

Et, pour se débarrasser de toute représentation du Personnel, elle viole sciemment la Convention Collective de la Métallurgie.

 

La SNIM n’a pas peur de ses contradictions !

En 2011, elle engage une procédure de licenciement collectif pour motif économique, et en 2012, licencie 3 salariés âgés de 52 à 60 ans ayant une ancienneté de 22 à 30 ans.

 

Elle s’assoit allègrement sur le désarroi de ces salariés virés à des âges où il est extrêmement difficile de retrouver un emploi et se moque éperdument que l’une d’entre elle sorte à peine d’une longue maladie, au cours de laquelle elle a continué à travailler.

C’est une traitrise incroyable après de si longs et loyaux services !

Mais le massacre ne s’arrête pas là !

Car derrière ce motif économique déguisé, la seule salariée véritablement visée c’est la déléguée du personnel/déléguée syndicale et conseillère prud’hommes, dont l’éviction était également prévue !

 

La preuve en est qu’à la suite de la saisine des Prud’hommes par deux salariées licenciées, la Cour d’Appel de Paris a jugé infondés les motifs invoqués (réorganisation pour sauvegarder la compétitivité de l’entreprise et mutations technologiques) et condamné la SNIM à verser des indemnités pour licenciement sans cause réelle et sérieuse.

 

Et la SNIM, qui s’était pourvue en cassation contre cette décision, s’est désistée en juillet 2014, reconnaissant ainsi que le licenciement collectif pour motif économique était abusif.

 

Une autre preuve réside dans le refus de la SNIM en mars 2014 d’organiser le scrutin secret conventionnel qui aurait permis aux salariés restant de se prononcer pour avoir un représentant délégué du personnel, le mandat de la déléguée du personnel venant à échéance à cette date.

Et pourtant, la SNIM avait promis à l’inspection du travail auprès de qui elle a demandé l’autorisation de licencier K. LAUBIE qu’à son départ elle organiserait des élections même si le nombre de salariés était inférieur à 10. QUE NENI ! La parole de la SNIM ne vaut pas tripettes !

La décision du TGI, saisie par KARINE pour que soit ordonnée l’organisation par la SNIM de ce scrutin, interviendra le 18 novembre prochain.

 

Ainsi, après avoir joué de tout son poids, la SNIM, société mauritanienne, a obtenu, totalement hors délai, une autorisation entachée d’irrégularité de licencier KARINE.

Un peu gênée aux entournures, la SNIM a cependant engagé une nouvelle procédure de licenciement et, cette fois-ci, a licencié la salariée pour motif économique sans autorisation.

 

Seule la réintégration de KARINE s’impose pour mettre un coup d’arrêt aux velléités de cette entreprise qui ne respecte pas les lois et conventions en vigueur.

 

Paris, le 2 octobre 2014                                             

Partager cet article

Repost 0
Published by cgt ustm 75 - dans actualité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CGT USTM 75
  • CGT USTM 75
  • : Union Syndicale cgt des Travailleurs de la Métallurgie de Paris. Droit social. Droit des travailleurs, des privés d'emplois, des jeunes, des retraités et des cadres.
  • Contact

Recherche

Archives